Rues de Dawson, Yukon
Canada,  S'expatrier,  Vie quotidienne

Vivre à Dawson, c’est comment ?

Dawson (Dawson City en anglais) est un village de moins de 2000 habitants situé à 500 km au nord de Whitehorse. Pourquoi le nom de ce petit village ne vous est pas inconnu ? Parce qu’il s’agit de l’un des haut-lieux de la ruée vers l’or du Klondike, qui a attiré plus de 100.000 prospecteurs en quête de richesse dans le grand nord canadien à la fin du 19e siècle. En 1896, Dawson était l’une des villes les importantes du nord-ouest américain, c’est dire.

Aujourd’hui, on y trouve encore de jolies petites maisons colorées en bois, des mines d’or, des danseuses de cancan, des bars animés et… la maison de Jack London (oui, le papa du Croc-Blanc, si toi aussi tu es né dans les années 80, tu vas adorer). La vie y est à la fois calme et agitée, bercée par le rythme des hivers glacials et des étés ensoleillés. Il y règne une atmosphère douce et intense, comme partout au Yukon, une brutalité joyeuse et désinvolte. Se promener à Dawson, c’est se retrouver plongé dans un western moderne, peuplé de personnages extravagants et d’aventures rocambolesques.

Ça, c’est l’impression que l’on se fait de Dawson lorsque, comme moi, on vient y passer quelques jours. Mais comment c’est, en vrai, de vivre à Dawson ? Dans cet article, j’ai interviewé Caroline Jalbert, une Française qui y a vécu pendant presque trois ans. Elle nous livre ses impressions sur la vie dans cette petite communauté du Yukon.

Caroline Jalbert à Dawson
Caroline Jalbert a vécu à Dawson pendant près de trois ans.

Peux-tu nous résumer ton parcours en quelques mots ? Comment es-tu arrivé à Dawson ?

Je suis arrivée au Canada en novembre 2016 avec un PVT. Je suis restée quelques mois à Vancouver, mais je ne trouvais pas de boulot intéressant dans mon domaine. En janvier 2017, je décide d’aller passer quelques jours à Whitehorse, pour voir les aurores boréales et connaitre le froid. Je tombe totalement sous le charme du Yukon. Je commence à postuler à distance pour des jobs à Dawson, que l’on m’a vendu comme LE super endroit où passer l’été, rencontrer du monde et se faire de l’argent. Je décroche un boulot de femme de ménage dans un hôtel-restaurant et j’y pose mes valises à la mi-juin 2017.

T’es-tu sentie vite intégrée ?

Le changement a été un peu intense au début. Je bossais dans l’audiovisuel, je venais de terminer un job à Cannes et je me suis retrouvée du jour au lendemain à récurer des toilettes. Mais finalement, c’était une expérience intéressante, qui m’a permis de m’intégrer rapidement. Je me suis vite fait des amis et tout s’est enchainé facilement. On m’a proposé de me sponsoriser pour ma résidence permanente, ce qui était le seul moyen de l’obtenir pour moi. J’ai commencé à travailler comme réceptionniste dans un hôtel. J’ai pu développer mon anglais : même si j’avais un bon niveau en arrivant, avec les accents américains c’était loin d’être évident au début.

Rues de Dawson, Yukon
Les jolies rues de Dawson.

Est-ce facile de trouver un logement à Dawson ? Combien ça coute ?

Le logement, c’est pire qu’à Whitehorse. Il y a vraiment très peu d’offres. Il faut compter au moins 800 $ pour une chambre. Moi je n’ai pas eu à chercher, j’étais hébergée par mes employeurs dans une maison d’employés, moyennant une heure de salaire par jour travaillé. C’est ce qui se passe souvent dans les hôtels, c’est très pratique. Ça m’a permis d’économiser.

Vivre à Dawson, c’est comment ?

Vivre à Dawson, c’est une expérience intéressante. Tu as un peu l’impression d’être sur une ile, surtout en hiver. Whitehorse est à 6 h de route. C’est une petite communauté, tu rencontres vite les gens. Des gens de partout dans le monde, de milieux très différents. Les contacts sont très faciles. Puis, c’est atypique. Les rues sont belles, tu as l’impression d’être dans un film. Les gens aussi sont atypiques. Il y a beaucoup de fortes personnalités, ça peut être intimidant au début. L’été, il y a beaucoup de touristes et de jeunes qui viennent bosser dans les mines pour financer leurs études. Après, pour vivre à Dawson, il faut aimer la campagne. Il n’y a pas de grandes chaines commerciales. Mais il y a plusieurs petits cafés, des épiceries. Tu as un autre rapport à la consommation, tu connais les commerçants.

Dawson, Yukon
Les jolies façades colorées de Dawson.

Est-ce que c’est cher de vivre à Dawson ?

Les épiceries sont un peu plus chères qu’à Whitehorse. Plus chères qu’en France. Un paquet de beurre coute au moins 5 $. Mais ça ne doit pas arrêter les gens. Si tu achètes les produits de base, tu peux t’en sortir sans trop de difficultés. Bon, parfois, tu hallucines sur l’ananas à 7 $, donc tu n’en manges pas ou juste quand tu vas à Whitehorse. À côté de ça, le salaire minimum est plus élevé qu’ailleurs, 15 $/heure. Ça contrebalance un peu. Personnellement, j’ai pu mettre pas mal d’argent de côté.

On fait quoi, le week-end, à Dawson ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les gens ne sont pas plus branchés sur les sports de plein air que ça. Il y en a, bien sûr, mais moins qu’à Whitehorse. Il faut dire que Dawson est un peu enclavée. L’hiver, à part Tombstone et les sentiers autour de la ville, il n’y a pas tant de chemins de randonnée à faire si tu n’as pas de motoneige ou de 4X4. À côté de ça, c’est un village assez jeune, avec une belle offre culturelle, été comme hiver. Il y a toujours des choses à faire ou à voir, un concert ou une projection. Et puis, il y a souvent des occasions de faire la fête, de se retrouver autour d’un verre dans un des nombreux bars.

Dawson, Yukon
Partie de hockey dans la rue lors du Thaw di Gras Spring Carnival.

Quels sont les secteurs qui embauchent à Dawson ?

En été, le tourisme, bien sûr. Il y a beaucoup de touristes américains. Il y a du travail au casino, dans les hôtels et les restaurants. Il y a aussi beaucoup de travail dans les mines, mais c’est plus compliqué d’avoir accès à ce secteur quand on vient d’ailleurs. Les boulots plus qualifiés sont plus rares, souvent comblés rapidement par des gens du coin, par le bouche-à-oreille. Mais comme tout va vite au Canada, tu peux commencer par un petit boulot et vite te retrouver avec un boulot qualifié en quelques mois.

As-tu aimé vivre à Dawson ?

Dawson est difficile à décrire, certains adorent, d’autres détestent. Il a fait -50° cet hiver. Il faut pouvoir le supporter. Vivre à Dawson, c’est accepter de prendre le temps. Moins planifier. C’est déroutant quand tu n’as pas l’habitude mais c’était ce que je voulais. Tu vas travailler à pied. Tu fais tes courses à pied. Tu as plus de temps pour toi, pour développer tes passions. Aujourd’hui, j’ai déménagé à Whitehorse car j’avais besoin d’un peu plus d’indépendance. À Dawson, tout le monde se connait. C’est la vie de village, avec ses bons et mauvais côtés, comme partout. En général, on aime Dawson pour son sens de la communauté et son côté atypique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *