Dans cet article, je vous parle de mon expérience en tant que nouvelle arrivante au Canada. J’ai atteri à Vancouver en septembre 2018. Après avoir pris un peu de temps pour découvrir ma nouvelle ville, effectuer les démarches administratives et trouver un appartement (ce dont je vous parle ici), il était temps en octobre de commencer à chercher un boulot!

Il faut savoir que je n’avais pas de permis de travail en arrivant au Canada, ma demande de résidence permanente étant en cours. C’est donc en tant que touriste que j’ai commencé à chercher mon premier boulot…

Ce qui n’est probablement pas la meilleure façon de trouver un boulot rapidement… Mais malgré cet “handicap”, il m’a fallu à peine quelques semaines pour trouver un job dans ma branche, intéressant et… en français !

Naive
Moi, arrivant sur le marché de l'emploi à Vancouver. Photo by Gabriel Matula on Unsplash.

La réalité sur le marché de l’emploi à Vancouver

On nous avait vendu le Canada comme un Eldorado, avec des milliers de postes à pourvoir. La réalité n’est pas aussi rose. Si les boulots dans l’Horeca et le bâtiment sont en effet très demandés, il n’en est pas de même pour les postes qualifiés. De nombreux amis à nous peinent à trouver un emploi à hauteur de leurs qualifications et bien payé.

Quant à moi, si j’ai trouvé un emploi intéressant, dans mon domaine (la communication, j’ai un Master en journalisme) il faut savoir que j’ai perdu plus de 30% de mon salaire belge, à durée de travail égale. Aujourd’hui, pour un 32h/semaine, je gagne 2300$ par mois, avec très peu d’avantages (pas de frais de transport pris en charge, à peine 10 jours de congés payés par an, pas de primes, …). C’est simple, je gagne la même chose qu’en débutant ma vie professionnelle, il y a dix ans de ça.

Séraphin, pour sa part, a tout d’abord continué à travailler pour son précédent employeur en Belgique. Il a commencé à chercher de nouvelles opportunités à Vancouver après quelques mois. Avec un PVT, c’était presque impossible : on ne lui proposait que de petits jobs tout en bas de l’échelle (il travaille dans l’IT, et on lui proposait des jobs dans des call-centers). Avec la RP, ce fut (un peu) plus facile. Il lui aura tout de même fallu plus de neuf mois pour trouver un poste à hauteur de ses qualifications.

Photo by Kasya Shahovskaya on Unsplash
Je devrais mettre un chat mignon dans chacun de mes articles. Ca met de bonne humeur. Photo by Kasya Shahovskaya on Unsplash.

Un boulot à Vancouver : par où commencer ?

Première étape : se faire un joli CV. Ensuite, commencer à postuler ! Vous voulez quelques conseils à ce sujet ?  Je vous en donne ici, dans mon article consacré à la recherche d’emploi à Vancouver.

J’ai pour ma part trouvé une offre d’emploi intéressante sur le groupe Facebook les Français à Vancouver. Une semaine après avoir envoyé mon CV, j’étais convoquée à un entretien d’embauche. Cette interview a duré à peu près une heure, dans une ambiance conviviale… et en français, le job étant en français, ce qui était plutôt une bonne nouvelle pour moi et mon niveau d’anglais. Postulant pour un poste de responsable des communications, j’ai ensuite dû faire quelques exercices de rédaction et de gestion de projets.

Une semaine après, l’employeur me téléphonait pour m’annoncer qu’il m’engageait, et se lançait pour cela dans une procédure de mobilité francophone (pour rappel, je n’avais pas de permis de travail). Quelques semaines plus tard, les démarches effectuées, je commençais enfin mon nouveau travail. On le voit, pour moi, les choses ont été faciles et rapides. Mais, je le répète encore une fois, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Vancouver est une ville chère, et les jobs n’y sont pas si bien payés que ça. Réfléchissez-y à deux fois avant de sauter le pas. Certes, la nature est grandiose ici, mais d’autres villes canadiennes sont plus simples d’accès.

Et le salaire?

Je l’ai dit : personnellement, je gagne beaucoup moins qu’en Belgique, alors que la vie est plus chère (2300$ par mois pour un 32h/semaine). Mais tout dépend du domaine dans lequel vous postulez : les salaires dans l’IT sont ici beaucoup plus hauts qu’en Europe. Une amie coiffeuse m’a dit gagner trois fois plus qu’en France. Un autre ami ingénieur m’a dit gagner beaucoup moins. Tout dépend du domaine, donc.

Toutes les deux semaines, je reçois un chèque avec mon salaire, à aller déposer à la banque. Oui, c’est archaïque. Mais très rigolo!