Julie dans le Grand Canyon
Canada,  Vie quotidienne,  Voyager,  Whitehorse

Que mettre dans son sac à dos de randonnée ?

Randonner est une de mes grandes passions, surtout depuis que je vis au Canada. Crapahuter des heures durant dans la montagne, au milieu de paysages majestueux, m’apaise et m’émerveille à chaque fois. Souvent, je me demande que prendre dans mon sac à dos. Dois-je vraiment emporter cette deuxième gourde d’eau ? Que puis-je enlever pour gagner en légèreté ? Qu’est-ce qui pourrait me sauver la vie en cas de problème ? Que dois-je absolument toujours avoir avec moi ?

Pour répondre à ces questions, j’ai demandé à Stephan Poirier, formateur en sécurité d’avalanche et ex-patrouilleur/pisteur dans plusieurs Centre de ski de Colombie-Britannique, de me montrer le contenu de son sac à dos de randonnée.

Stéphan Poirier est à White Pass (Colombie-Britanique).
Stephan Poirier nous donne sa liste des indispensables à emporter dans son sac à dos de randonnée.

Que mettre dans son sac à dos de randonnée ?

Une randonnée initialement prévue sur quatre heures peut facilement s’allonger, pour peu que l’on se perde ou se blesse. Je conseille toujours de prévoir son sac à dos comme si l’on partait pour dix heures, ou plus. Parfois, on est tenté, quand le ciel est bleu et que l’on part pour une courte randonnée, de laisser sa polaire ou sa veste à la maison. C’est bien entendu à éviter. On ne sait jamais ce qui peut arriver et le soir, les températures dégringolent.

Qu’as-tu toujours dans ton sac ?

  • Un bear spray (ou bombonne de gaz poivré, en bon français). C’est essentiel au Canada, peut-être encore plus au Yukon (ndlr : pour en savoir plus sur les comportements à adopter en cas de rencontre avec un ours, c’est par ici). Il doit être accessible en tout temps. Le mieux est de l’avoir testé avant, même si ce n’est pas toujours possible.
  • Deux litres à deux litres et demi d’eau. Il ne faut jamais lésiner sur l’eau.
  • Des barres énergétiques, de type Clif Bar ou Lärabar. J’en laisse toujours trainer au fond du sac. Ça se conserve très bien.
  • Une couverture de survie. C’est bon marché et ça prend très peu de place. C’est très utilise pour se réchauffer, si on doit faire un bivouac d’urgence ou si quelqu’un se blesse.
  • Un couteau suisse, pour parer à toute éventualité. Un Leatherman, par exemple.
  • Un sifflet accroché à ma veste. Très utile si le brouillard se lève ou si l’on tombe dans un ravin.
  • Un bonnet ou un buff, pour pouvoir se réchauffer.
  • Une paire de chaussettes de rechange, si les premières sont mouillées.
  • Un briquer ou des allumettes, avec un allume-feu dans une pochette en plastique. Le résidu du sèche-linge (aussi appelé moumouche, moumoute ou bouloche) fonctionne très bien pour ça.
  • Une lampe frontale, surtout si le soleil se couche tôt.
  • Une trousse de premier secours avec des pansements, des compresses, un antiseptique, un antimoustique, de la crème solaire, des médicaments divers.
  • Du Duct tape, pour pouvoir tout réparer : lanière de sac à dos qui casse, semelle qui se décolle, etc. Pour gagner de la place, vous pouvez l’enrouler autour de vos bâtons de marche ou de votre gourde.

As-tu d’autres conseils de sécurité ?

C’est vraiment important de toujours laisser un message quelque part avec votre itinéraire et votre heure de retour prévue. Ici au Yukon, il y a peu de réseau mobile, vous serez donc seuls en cas de problème. C’est important que l’on puisse vous retrouver. Si vous randonnez beaucoup, il est intéressant d’envisager l’achat d’un dispositif de messagerie GPS par satellite SPOT ou inReach.

Séraphin à Grey Mountain (Yukon)
Il est impotant de garder son bear spray à portée de main en tout temps.

J’espère que cet article vous aidera à savoir que mettre dans votre sac à dos de randonnée lors de votre prochaine sortie. N’oubliez pas : malgré sa popularité et son apparente facilité, la randonnée comporte certains risques. Bien s’équiper est essentiel pour ne pas vous blesser : chaussures ou baskets de randonnée, vêtements adaptés… Il est également important de se renseigner correctement sur l’itinéraire choisi (AllTrails est une bonne ressource), la météo (sur Mountain Forecast par exemple) et l’état des sentiers (est-ce boueux ou enneigé ?).

Si vous voulez connaitre les meilleures randonnées de Vancouver, c’est ici. Et pour mes activités préférées en hiver au Yukon, c’est par . Enfin, pour suivre mes aventures au quotidien, rendez-vous sur Instagram. A bientôt en montagne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *