Vous décomptez les jours avant de donner votre la lettre de démission, les yeux rivés sur la photo des Rocheuses qui vous sert de fond d’écran ? Le dimanche, chez vous, c’est pancakes et sirop d’érable depuis des mois ? Vous savez ce que veulent dire les mots PVT, AVE et l’expression « faire le tour du poteau » vous est familière ? Excellent : il semblerait que vous soyez en train de préparer un projet d’immigration au Canada. (Oui, je sais, je suis une détective hors pair).

Que votre immigration soit encore un projet un peu vague ou que vous ayez un plan bien défini en tête, une question essentielle se pose : quelle ville choisir au Canada ? (Car non, il n’y a pas que le Québec). Petit rappel : le Canada couvre un immense territoire entre l’océan Pacifique, à l’ouest, et l’océan Atlantique, à l’est. C’est aussi grand que l’Europe, si l’on veut comparer. Vivre à Montréal n’aura donc rien à voir avec vivre à Vancouver : plus de 5000 kilomètres séparent les deux villes.

Alors, quelle ville choisir au Canada ? Avec un groupe de sept blogueuses francophones, toutes basées au Canada, nous vous proposons une série d’articles pour vous aider à faire votre choix. Cout de la vie, possibilités d’emploi, logement… : nous analysons chacune notre ville et en listons les avantages et les inconvénients.

Carte du Canada

Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas

Je m’appelle Julie, j’ai 34 ans, je suis Belge. Nous sommes arrivés au Canada en 2018 avec mon compagnon, Séraphin. Nous avons vécu un an à Vancouver avant de nous installer à Whitehorse, dans le Yukon (si vous voulez savoir pourquoi nous avons déménagé , c’est par ici). Nous sommes résidents permanents depuis février 2019. Journaliste de formation, passionnée par les voyages, je partage sur ce blog mon quotidien et mes découvertes, tout d’abord en Colombie-Britannique et maintenant dans le Yukon. Si vous voulez en savoir plus sur notre parcours d’immigration, je vous conseille de lire mes articles Immigration au Canada : mon expérience et  Immigration au Canada : le bilan après un an.

Femme devant un paysage de montagnes
Coucou, c'est moi !

Les autres articles disponibles

Parus :

Quelques infos sur Whitehorse

Whitehorse est la capitale du Yukon et la plus grande ville du nord du Canada. Montagnes majestueuses, torrents endiablés et plaines infinies en constituent les décors typique. La ville se situe au Nord-Ouest du Canada, à la frontière de l’Alaska. À cette latitude, les journées d’hiver sont courtes et les journées d’été très longues : jusqu’à 19 heures de lumière par jour. Whitehorse, comme le rapporte le Guinness World Records de 2013, est la ville dont l’air est le moins pollué du monde.

Nombre d’habitants : le recensement de 2016 dénombre 25 085 habitants à Whitehorse, dont 3 760 francophones. Le Yukon compte 35 000 habitants pour 500 000 km².

Langue majoritairement parlée : 80 % de la population parle anglais. On parle également tutchone, kaska ou gwich’in, les langues des peuples autochtones du Canada, nombreux dans la région. Enfin, à peu près 10 % de la population est francophone. La communauté francophone est soudée et fière de sa culture.

Fuseau horaire : Pacific Standard Time (UTC/GMT-8). Quand il est 9 h du matin ici, il est 18 h en Belgique.

Climat : le climat de la majeure partie du Yukon est subarctique, caractérisé par des hivers longs et froids et des étés courts et chauds. Il y fait généralement très sec. L’hiver, les températures descendent régulièrement en-dessous de -35°, voire -40° (pour savoir comment survivre à ces températures, c’est par ici). En été, il fait entre 10 et 20° en moyenne.

Atouts majeurs de la ville : la nature, bien sûr ! On vit à Whitehorse parce qu’il y a des aurores boréales et des courses de chien de traineaux. Que c’est immense, grandiose et silencieux. Que c’est festif et bouillonnant. Parce que la lumière est magique. Parce qu’on a de l’espace pour vivre et faire vivre ses rêves.

Expérience hivernale
La vie par -40° vous permettra de faire des expériences amusantes !

Le coût de la vie à Whitehorse

Comme partout ailleurs en Amérique du Nord, le cout de la vie est assez élevé.

Logement :

On ne va pas se mentir : trouver un logement à Whitehorse, c’est l’enfer. Pire qu’à Vancouver, c’est dire. Comptez au minimum 700 $ pour une chambre dans une colloc’, 1500 $ pour un basement (un appartement en sous-sol sombre et triste, en d’autres termes), 1800 $ pour un semblant d’appartement correct. Voir (beaucoup) plus. Le problème ? La population ne cesse d’augmenter à Whitehorse, sans que le marché immobilier suive. Résultat : l’offre est bien inférieure à la demande. Pour un topo complet sur le cout des logements dans le Yukon, allez faire un tour sur mon article Habitants du Nord cherchent logements désespérément.

Transports en commun :

Quels transports en commun ? Non, en vrai, il existe quelques lignes de bus. Le pass mensuel est à 62 $, les 10 tickets à 23 $.

Resto pour deux : 50$.

Abonnement mensuel au Centre des jeux du Canada, un magnifique complexe sportif intérieur doté de plusieurs patinoires, d’une piscine, de deux terrains de sport, d’une piste de course et de salles de fitness : 55 $ (oui, je l’adore !).

Prix d’un litre d’essence : 1.47 $/litre (mars 2020).

Salaire minimum au Yukon : 13,71 $ de l’heure.

Courses :

De manière générale, les supermarchés sont 10 à 20 % plus chers qu’en Belgique. Vous trouverez sur ce site une liste des prix mise régulièrement à jour. Le Yukon n’étant pas une province mais un territoire, il n’y a pas de taxe provinciale sur les achats. Seuls les 5 % de taxe fédérale sont applicables.

Connexion Internet : 65 $ pour un abonnement (très) basique.

L’emploi à Whitehorse

Le Nord canadien est une région en pleine expansion, notamment dans les secteurs du tourisme et de la construction. Le Yukon a le plus faible taux de chômage et le plus haut taux d’activité au Canada. Bien sûr, tout dépend de votre domaine : si vous travaillez dans un secteur de pointe, ce sera moins facile. Whitehorse reste une petite ville.

À Whitehorse, le secteur public représente une part importante des emplois disponibles. Travailler pour le gouvernement du Canada ou le gouvernement du Yukon nécessite toutefois d’avoir une résidence permanente. Les autres emplois nécessitent un permis de travail (PVT, Mobilité francophone…), comme partout ailleurs au Canada. Une bonne connaissance de l’anglais est nécessaire, même s’il existe des emplois en français (par exemple à l’Association franco-yukonnaise (AFY) ou dans l’une des écoles francophones de la ville).

Pour en savoir plus sur comment trouver un emploi au Yukon, lisez mon article Nos premiers pas à Whitehorse.

Carte du Canada

Transports

L’utilisation de la voiture :

La voiture est indispensable si vous voulez vivre à Whitehorse. Les distances sont longues et les transports en commun sont peu développés dans le Yukon.

Transports en commun :

Il existe six lignes de bus qui relient les différents quartiers de Whitehorse entre eux. Vous trouverez toutes les informations ici. Attention, il n’y a pas de bus le dimanche.

Aéroport :

Whitehorse possède un aéroport international. Il n’existe cependant pas de vols directs depuis la France ou la Belgique : vous devrez faire escale dans une autre ville canadienne avant d’atterrir au Yukon. En haute saison (entre mai et septembre), il existe une liaison entre Frankfurt, en Allemagne, et Whitehorse pour environ 800 $ et 9 h 30 de vol.

Proximité avec les autres villes :

Ce qui se rapproche le plus d’une autre ville au Yukon est Dawson, à 500 kilomètres au nord de Whitehorse. Mais avec ses quelque 1500 habitants, il s’agit plutôt d’un village. Les villes les plus proches sont Edmonton, à 2000 kilomètres, et Vancouver, à 2500 kilomètres. Oui, il faut aimer vivre remote quand on vit au Yukon.

Centre-ville de Whitehorse
Pas de hauts buildings dans le centre-ville de Whitehorse.

La vie quotidienne à Whitehorse

Non, nous ne pêchons pas sur la banquise. (Juste parfois sur les lacs gelés). Nous avons des supermarchés, une rue commerçante, des restaurants, un centre sportif, des salles de spectacle et un aéroport. La vie est plutôt « normale »… Si ce n’est les nombreux animaux croisés chaque jour ! La vie sauvage est très présente ici. On compte d’ailleurs dix fois plus de caribous que d’habitants au Yukon. La majeure partie de la population pratique la chasse ou la pêche, qui sont les moyens les plus écologiques de se nourrir dans le Nord.

Vous vous en doutez, mieux vaut aimer les sports de plein air pour vivre ici. En hiver, les options sont nombreuses : ski, chien de traineau, randonnées en raquette, promenade en motoneige, pêche sur glace. En été, la nature reprend ses droits et tout le monde revit ! Chaque week-end est prétexte à de nouvelles escapades, à d’interminables feux de camp et à de belles découvertes.

Culture :

Bien qu’il s’agisse d’une petite ville, Whitehorse n’a pas à rougir de son offre culturelle ! Vous trouverez presque chaque soir des occasions de vous divertir : concerts dans l’une des nombreuses salles de la ville ou au Centre des Arts du Yukon, théâtre au Guild Hall, expos à Arts Underground, événements en tous genres en français à l’Association franco-yukonnaise. Bon, ce n’est pas Paris ou Bruxelles, bien sûr. Mais vraiment, on ne s’ennuie pas. Du côté des festivités, il y a le Available Light Film Festival en février, le Yukon Sourdough Rendez-vous en mars et une tonne d’activités musicales un peu partout en été. Le tout assez bon marché, voire gratuit.

Pour vous faire une meilleure idée des événements à venir, c’est par ici.

Yukon Sourdough Rendez-vous
Ça vous dit un concours de lancer de haches ? C'est au Yukon Sourdough Rendez-vous que ça se passe.

Démarches administratives :

Vous pouvez demander à être servis en français dans n’importe quelle administration.

Si le Yukon est votre premier point de chute, il vous faudra vous procurer un numéro d’assurance sociale (NAS). Celui-ci est obligatoire pour pouvoir travailler au Canada.

Les immigrant-e-s peuvent utiliser un permis de conduire émis dans un autre pays pendant un maximum de 120 jours après leur arrivée au Yukon. Pour obtenir un permis de conduire yukonnais et faire immatriculer votre véhicule, présentez-vous au Bureau des véhicules automobiles. Vous ne pourrez pas « simplement » échanger votre permis européen. Il vous faudra le repasser (théorique et pratique).

Loisirs :

Vous vous en doutez, c’est LE gros point positif de la vie au Yukon. La plupart des gens qui vivent ici placent leurs loisirs tout en haut de la liste de leurs priorités. Les week-ends sont sacrés et pas question de terminer après 17 h en semaine ! Il faut dire que le Yukon se prête parfaitement aux explorations en tous genres : bordée par l’Alaska à l’ouest, la région est parsemée de nombreux lacs turquoise, de rivières sauvages, de montagnes, de toundras et de forêts boréales sans fin. Au programme : randonnées, kayak ou VTT en été, ski de fond, raquettes et escalade sur glace en hiver. Ou chiens de traineau, si le cœur vous en dit : le Yukon accueille chaque année la course la plus difficile de la planète, la Yukon Quest, se déroulant sur plus de 1600 km.

Le Yukon compte deux parcs particulièrement intéressants : le parc national Kluane, qui abrite 17 des 20 sommets du Canada, dont le mont Logan, la plus haute montagne du pays, et le parc territorial Tombstone, surnommé « la Patagonie du Nord ». Pour en savoir plus, lisez mon article Que faire à Whitehorse en hiver ? ou découvrez le site de Travel Yukon.

Du coté des restos et des cafés, à nouveau, nous sommes dans une petite ville. Néanmoins, on trouve de tout et même de très bonnes adresses comme le Kind Café et le Wayfarer.

Santé :

Après trois mois au Yukon, vous pouvez bénéficier d’un accès gratuit aux soins de santé. Il vous faudra pour cela demander une carte d’assurance-santé du Yukon. Attention, les soins dentaires, notamment, en sont exclus. Pour une couverture complète de vos soins de santé, il vous faudra souscrire à une assurance privée (parfois offerte par votre employeur).

Sécurité :

Whitehorse est une petite ville et on s’y sent en sécurité la majeure partie du temps. Il existe quelques rues à éviter la nuit car des personnes sous l’emprise de l’alcool s’y rassemblent, et quelques bars mal famés, mais dans l’ensemble c’est une ville agréable.

La politesse et l’honnêteté des Canadiens me surprend toujours. Ici, personne ne klaxonne quand tu ne réagis pas assez vite au feu vert. Personne ne te dépasse dans la file au magasin. Personne ne te bouscule, personne n’élève la voix. Aussi, tu peux oublier ton téléphone sur une table dans un café, et revenir deux heures plus tard le chercher : il sera toujours là.

Éducation en français :

L’École Émilie-Tremblay offre un programme de français langue première de la maternelle 4 ans à la 6e année. Une école secondaire devrait voir le jour à l’automne 2020. La Garderie du petit cheval blanc accueille les plus jeunes en français. Enfin, l’École élémentaire de Whitehorse offre un programme d’immersion en français.

Ressources utiles :

Vous avez encore des questions ? Prenez contact avec l’AFY ou le Centre multiculturel du Yukon. Ces associations offrent de nombreux services d’aide à l’immigration, comme des cours de langue, de l’assistance personnalisée à l’installation ou encore de l’aide à la recherche d’emploi.

J’espère que cet article vous aura aidé à repondre à la question : « Quelle ville choisir au Canada? ». Pour cloturer en beauté (et terminer de vous convaincre), je vous laisse en compagnie d’Elisa et Max, de Best Jobers :

A bientôt !