Bon, c’est vrai que j’ai tendance à râler beaucoup… Mais qu’est-ce que j’aime le Canada ! Dans cet article, je vous parle des cinq choses que j’apprécie le plus ici. Et non, le sirop d’érable n’en fait pas partie.

Coeur dans la buée
Un peu d'amour. L'amour, c'est bien. Photo by Michael Fenton on Unsplash

La politesse et l’honnêteté des Canadiens

Ici, personne ne klaxonne quand tu ne réagis pas assez vite au feu vert. Personne ne te dépasse dans la file au magasin. On t’interpellera même gentiment en te signalant que c’est ton tour, si tu es dans la lune. Personne ne te bousculera, personne n’élèvera la voix. Aussi, tu peux oublier ton téléphone sur une table dans un café, et revenir deux heures plus tard le chercher : il sera toujours là. Dans les grands magasins, certaines marchandises sont exposées après les caisses, ou à l’extérieur, sans que personne ne songe jamais à le voler (bon ok, peut-être que certains y songent, mais très peu le font).

Me promener dans la rue sans être harcelée

Quand j’habitais en Belgique, je détestais devoir rentrer seule chez moi la nuit. Il n’était pas rare qu’une voiture me suive, ou que des types bizarres se mettent sur mon chemin pour réclamer mon numéro de téléphone, me faire des propositions explicitement sexuelles ou simplement me montrer leurs organes génitaux (merci, vraiment). Il ne se passait pas une journée sans que je me fasse interpeller, « complimenter » ou insulter. Sans que l’on commente ma façon de m’habiller, de me tenir, de parler. Bref, j’étais devenue experte en changement de trottoir, tenues de camouflage et regard fuyant, l’idée étant d’éviter les confrontations. Puis je suis arrivée à Vancouver. J’ai découvert que l’on pouvait se promener saoule/en mini-jupe/à deux heures du matin/dans des ruelles sombres (et même tout ça à la fois) sans se faire importuner. Quelle libération ! J’ai découvert ce que ça faisait de ne plus avoir peur. De s’habiller comme on veut. De ne plus devoir toujours avoir des clefs dans son poing fermé le soir, pour pouvoir frapper en cas d’agression. De ne plus devoir ruser en faisant semblant d’appeler quelqu’un au téléphone.

Le genre de passage dans lequel je ne me risquerais pas en Europe. Photo by Hin Bong Yeung on Unsplash

La nature

Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles nous ne pourrons plus jamais revenir en Belgique. En Europe, tout est si dense, si concentré. La nature n’a pas la place pour se déployer. Ici, nous vivons au milieu de la nature. Elle est partout, omniprésente. Encore plus depuis que nous vivons à Whitehorse, bien sûr. Nous passons nos week-ends à explorer les montagnes environnantes, nous profitons du moindre instant pour aller jouer dehors. Nous faisons du camping, des feux de camp, des road-trips. Avec nos copains, nous prévoyons plus souvent des randonnées que des soirées arrosées. Bref, nos vies sont devenues beaucoup plus zen, plus connectées à la nature. Et ce n’est pas un problème de faire des centaines de kilomètres pour se rendre quelque part : les routes sont tellement belles !

Route devant le Kluane Park
Des paysages comme ça, ça donne envie de se lever tôt le matin, non ?

Les services publics

Au Canada, l’eau du robinet est gratuite. Des fontaines à eau sont d’ailleurs présentes un peu partout à Vancouver, ainsi que des toilettes et des douches publiques. Des terrains de sport (tennis, volley, basket…) sont mis à disposition gratuitement dans les parcs. A Whitehorse, le Centre sportif de la ville propose des abonnements familiaux, avec accès à tous les sports et cours collectifs (piscine, patinoire et garderie pour les plus jeunes comprises) pour moins de 80 euros ! A Vancouver, tous les trottoirs sont aménagés pour les personnes à mobilité réduite, et la ville a été parfaitement pensée pour les cyclistes. Les parcs sont nombreux et bien entretenus. Bref, les services publics sont vraiment excellents !

L’eau gratuite

J’en ai déjà un peu parlé dans le point précédent, mais j’insiste : quel plaisir d’avoir de l’eau gratuite dans les bars et les restaurants ! C’est la première chose que l’on te sert quand tu arrives quelque part. Et personne ne te regardera de travers si tu ne commandes rien d’autre pour accompagner ton lunch. C’est normal (et ok) de ne pas boire d’alcool. Personne n’insistera lourdement ou te demandera si tu es enceinte.

Glass of water
En Belgique, ce verre te couterait au moins deux euros. Photo by Clint McKoy on Unsplash

Vous l’avez compris, pas question pour nous de retourner en Belgique de sitôt. On adore le Canada… Même si quelques petites choses me font parfois râler !