Pour venir vivre et travailler au Canada, un permis de travail est nécessaire. Et si c’est assez facile pour les jeunes avec le PVT, qu’en est-il des plus de 30 ans ? Quelles sont leurs solutions pour immigrer au Canada ? Et pour celles et ceux qui souhaitent rester encore un peu après leur PVT ?

Le programme de mobilité francophone fait partie des solutions les plus rapides, les plus simples et les plus économiques pour les francophones !

canadian-flag-1229484_960_720

La mobilité francophone, qu’est-ce que c’est ?

Le programme de mobilité francophone a été mis en place en 2016 afin de promouvoir l’immigration francophone dans les communautés où le français est en situation de langue minoritaire (comprenez : partout sauf au Québec).

Il faut savoir qu’au Canada, l’obtention d’un permis de travail est conditionnée par l’obtention au préalable d’une Étude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT). En d’autres termes, avant de pouvoir donner le poste à un immigrant, l’entreprise doit réaliser une étude (couteuse) prouvant qu’aucun Canadien n’est en mesure d’occuper le poste.

Grâce au programme de mobilité francophone, les entreprises souhaitant engager des francophones sont exemptées de cette étude ! L’embauche de francophones est donc grandement facilitée.

Attention, cela ne fonctionne que pour les postes qualifiés, répondant aux exigences des emplois de niveau 0, A ou B de la Classification nationale des professions (CNP).

Une vidéo pour mieux comprendre :

En tant que francophone, il vous “suffit” donc d’obtenir une offre d’emploi de la part d’un employeur hors Québec pour pouvoir bénéficier de ce programme : le bon plan !

Malheureusement, il s’agit d’un permis de travail “fermé”, c’est-à-dire ne vous autorisant à  travailler que pour cet unique employeur. Si vous perdez votre emploi, ou si l’entreprise ferme, vous ne pourrez plus travailler au Canada. C’est pourquoi la résidence permanente demeure la meilleure option pour celles et ceux qui souhaitent s’installer au Canada à long terme.

Combien de temps ça prend ?

Une fois que vous avez réuni tous les documents nécessaires et complété la demande en ligne (ce qui peut vous prendre quelques jours, voire quelques semaines), les délais de traitement sont assez rapides : entre deux et huit semaines. Pour ma part, ça avait pris deux semaines (en décembre 2018). Vous pouvez consulter les délais actualisés de traitement, pays par pays (cela dépend de votre pays d’origine) sur le site du Gouvernement du Canada

Comment procéder ?

L’excellent site PVtistes vous a concocté un mode d’emploi ici. Toutes les démarches y sont expliquées en détails.

Après avoir obtenu votre permis de travail via la mobilité francophone, vous devrez encore faire valider celui-ci en passant la frontière. Si vous êtes déjà au Canada, pas de soucis : il vous sufira de faire un tour du poteau.

Plus d’infos ?

Rendez-vous sur le site du Gouvernement du Canada.